Tous avec Lou Braz-Dagand aux JO de Pékin

#LeClimatDeConfiance

28/02/2022

À quelques jours des Jeux Paralympiques de Pékin, qui démarreront le 4 Mars, Lansard Groupe supporte et suit de près l’athlète Lou Braz-Dagand, qui concourra dans les cinq disciplines du ski : la descente, le super G, le super combiné, le géant et le slalom. Appréhensions, échos sur place, épreuves redoutées… Après une période de préparation puis de repos avant le grand jour, Lou se confie et nous raconte son état d’esprit à la veille de prendre l’avion pour Pékin. 
  
Comment vous sentez vous à la veille de ce départ pour les JO ?
 
L. BD :
Je me sens bien ! Je ne suis pas trop stressé, je suis dans un bon mood. Ceux qui me connaissent bien ont d’ailleurs été surpris de me voir comme ça, positif et sans stress, avec juste l’envie. J’ai un bon feeling, je me sens prêt physiquement et mentalement... J’ai juste hâte ! Peut-être qu’une fois sur place, le stress va monter. C’est un contexte particulier avec toutes les mesures sanitaires mises en place. Nous avons récemment vécu les championnats du monde en Norvège et ce fut la meilleure des répétitions. Le contexte était plus ou moins similaire. 
 
 
Avez-vous déjà eu des échos des athlètes sur place ? 
 
L. BD :
Nous savons déjà qu’il va y avoir des consignes strictes avec les tests covid et un protocole à respecter.
Il y a ensuite la température sur place qu’il va nous falloir appréhender car il va probablement faire très froid. Mais on aura tout de même 3 jours d’entrainements sur place pour voir comment ça se passe, et surtout faire les réglages des skis car la neige est apparemment très sèche. Les premiers entrainements en descente se feront dès le 2.
En revanche, j’ai eu écho que les équipements étaient au top pour les athlètes et que le confort était au rendez-vous.
On aura 18 jours pour profiter et la chance voir les autres disciplines comme le décathlon ou le snowboard. On ne se situe qu’à 30 ou 40 minutes en voiture entre chaque site. 
 
 
Nous vous suivrons avec la plus grande attention et passion, sur quelle épreuve devons-nous croiser encore plus les doigts ?
 
L. BD :
Toutes !
Le Super Combiné s’était très bien passé en Norvège. Pour le Super G et le Slalom Géant, j’ai également toutes mes chances. Peut-être en descente... Je vais me donner à fond pour toutes les épreuves et tenter d’aller chercher une médaille. Quoi qu’il arrive le but c’est d’être content de ce qu’on a produit et de ne rien regretter. 
 
 
Merci Lou pour votre énergie et vos bonnes ondes, nous vous souhaitons le meilleur pour ces JO !